j'essaie de penser

Je suis plus proche de la philosophie orientale boudhiste, taoïste, et même Confucéenne par goût et par destin, il se trouve que je l'ai étudié et surtout mis en pratique avant la philo occidentale, et donc, l'étendue de mon ignorance en ce domaine des penseurs d'occident est vaste comme l'océan immense.

Donc à travers ces pages je vais tenter de combler un peu cette lacune en étudiant quelques philosophes occidentaux d'un peu plus près, et puis en parlant de ceux que je connaît déjà un peu, et qui sont quelque-fois mes préférés, mes chouchous pour l'instant: Gaston Bachelard en premier pour sa philo-poésie quasi chamanique, Alain ensuite, puis Nietzche pour l'énergie que j'y ai trouvé par le passé.

Pour les classiques, j'aime l'ironie grinçante de Voltaire, je n'aime pas le ton pleurnichard de Rousseau dans ses "Confessions", je ne connais Diderot que par ses "romans": la religieuse, Jacques le fataliste; et d'une façon générale j'ai du mal à extraire la "substantifique moëlle" de sagesse des classiques.

Donc, une goutte de savoir dans un océan d'ignorance!


Tout celà au-dessus me désespère d'arriver à dire quelque-chose d'interressant sur Descartes (par exemple), Descartes qui n'est pas ma passion, et dont j'ai du mal à saisir la langue, la pensée aussi, donc j'y renonce.

Je préfère maintenant orienter ces pages philo vers un exposé de Ma propre réflexion qui, si elle ne se réfère point à de grands penseurs notoires aura au moins le mérite d'être la mienne. En effet, autodidacte dans le domaine, je me sent incapable de faire référence à Hegel, Kant, Socrate, Platon (encore, ces deux derniers les ai-je un peu lu et compris), Jankélévitch, Heidegger, Kierkegaard, Hume, Habermas, au bon moment, avec les bons arguments, faute d'avoir fréquenté longtemps ces gens qui essayèrent de penser le monde et la vie qui va avec.

Je ne suis pas non plus un naïf qui fait tant bien que mal avec les bribes de savoir amassées pendant soixantes années, depuis sa naissance.

Mes convictions reposent sur, s'articulent autour, s'enracinent et développent leurs branches feuilles fleurs, à partir d'une expérience vécue du boudhisme tibétain et de toutes les techniques méditatives corrélées, et à partir d'expériences, de méditations/introspections nées dans le terreau (voire le fumier) que fut ma vie (mes vies) passées (je parle seulement de cette vie actuelle), expériences fortes, riches, fort diverses, m'ayant amenées parfois aux limites de la désespérance et parfois bien au-delà.

Ayant traversé le fleuve, dit Châkyâmouni (le Bouddha), il est bon de renvoyer la barque.

 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 22/03/2012

Powered by WebRing.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×